Accueil du site > Au quotidien > Le numérique > La CCGVL pense l’aménagement (...)

La CCGVL pense l’aménagement numérique du territoire

Contenu de la page : La CCGVL pense l’aménagement numérique du territoire

La question est double : comment faire en sorte que le débit Internet soit rapidement d’une qualité convenable sur le territoire, tout en anticipant les besoins du futur ?

Aujourd’hui, une partie des habitants a facilement accès aux services numériques (notamment aux offres télévision / téléphone / Internet proposées par les fournisseurs d’accès) alors que d’autres parviennent à peine à envoyer un courrier électronique !

Les usages numériques ont tendance à s’amplifier.

Si aujourd’hui, ils sont développés dans le monde de l’entreprise et des loisirs, on peut prévoir qu’ils prendront une place de plus en plus importante dans la vie scolaire, la télémédecine ou le télétravail, par exemple.

Devant la menace d’une fracture numérique, le Conseil Communautaire a décidé, en février 2012, d’adhérer au Syndicat Mixte « Seine-et-Marne Numérique », qui réunit depuis janvier 2013 des Communautés de Communes du département, le Conseil Général et le Conseil Régional : tous sont associés pour procéder à l’aménagement numérique du territoire.

L’objectif à long terme du syndicat est de permettre le raccordement de 99% des habitations à un réseau de fibres optiques.

Cette technologie offre l’accès à un débit de très bonne qualité, sans limite autre que celle du modem des usagers, non dégradé par l’éloignement des habitations. Son installation requiert des aménagements importants, puisqu’il s’agit de construire un nouveau réseau, et le coût du raccordement d’une habitation peut s’avérer très élevé pour certaines zones isolées.

Avant d’améliorer rapidement la qualité du débit dans les zones les plus pénalisées, le syndicat « Seine-et-Marne Numérique » s’est également fixé un objectif intermédiaire : assurer l’accès à un débit de 10 mégabits à tous les ménages, sous dix ans.

Une partie du territoire communautaire est déjà éligible aux offres « 10 mégas » des opérateurs.
Les zones qui ne le sont pas pourront être traitées, dans les années qui viennent, en « montée en débit » : ici, il s’agit de procéder à des aménagements du réseau téléphonique existant afin d’améliorer le débit fourni aux usagers. Cette solution sera mobilisée dans les zones avec un très mauvais débit où un investissement en fibre optique serait bien trop coûteux à ce jour et où une intervention est néanmoins nécessaire rapidement.

Dans cette double perspective, l’adhésion à Seine-et-Marne Numérique va permettre à la Communauté de Communes d’engager une action progressive, d’abord dirigée vers les zones les moins bien pourvues.

Certaines d’entre elles bénéficieront de la « montée en débit » à partir de fin 2014, d’autres seront directement traitées en Fibre optique : le choix d’une technologie par rapport à l’autre relèvera de critères technologiques et financiers.

Le numérique est un dossier à la fois ambitieux et épineux.

Une collaboration étroite avec les services du syndicat "Seine-et-Marne Numérique" permettra bientôt au Conseil Communautaire de préciser la nature et l’ampleur du chantier à entreprendre en matière de fibre optique "de bout en bout".
Nous vous en tiendrons informés.

A noter

Le programme d’aménagement du territoire communautaire est estimé à un coût de l’ordre de 15 millions d’euros sur une quinzaine d’années, dont environ 4 millions d’euros resteront à la charge de la Communauté.